• Le 24 mai – La journée de l’alphabet slave et de la culture bulgare

    Les origines de la fête "Cyrille et Méthode"

    Le 24 mai est la journée de l’alphabet slave, de l'éclaircissement et de la culture bulgare. Cette fête, existant depuis 153 ans, est la fête bulgare la plus ancienne . C’est à l’école de l’ éparchie "Saint Cyrille et Méthode" à Plovdiv en Bulgarie, à l’initiative de Naiden Guerov, qu’on organise pour la première fois la fête des saints frères Cyrille et Méthode, les inventeurs de l’alphabet cyrillique. Depuis 1851 c’est une fête officielle pour les villes de Plovdiv, Tzarigrad, Shoumen, Lom. En plus, la date du 11 mai, choisi par Naiden Guerov, est, d’après l’église, le jour des deux saints.En 1892 Nikolay Michaylovski a écrit le texte de l’hymne commune d`école, bien connu de tous les Bulgares: ‘Varvi Narode Vazrodeni (La nation! En avant, vers la Renaissance). L’hymne a été nommé "L'hymne des saints Cyrille et Methode" et elle inclut 14 couplets, dont les six premiers sont très souvent cités de nos jours. La musique de l'hymne a été composé par Nikolay Pipkov le 11 mai 1900.

    Historique

    En 863, pour échapper à la politique d'expansion de Louis le germanique, le roi Ratislav de Moravie cherche l'appui de Byzance et demande l'évangélisation de son peuple, "dans sa langue". Le patriarche Photios décide d'envoyer en Moravie les deux frères, par le sang et en religion, Méthode et Constantin. Constantin, devenu évêque sous le nom de Cyrille, et Méthode traduisent les Ecritures et la liturgie en langue slave, le glagolitique, et inventent l'alphabet dit cyrillique, basé sur l'alphabet grec, pour les divulguer. En 864, le khan bulgare Boris reçoit le baptême byzantin en même temps que son prénom chrétien, Michel. Les deux frères christianisent ainsi la Crimée, la Dalmatie, la Hongrie et la Pologne. Désormais, une même identité culturelle, cimentée par une même langue et une même religion relie les bulgares et les slaves. Voici un extrait du texte original, écrit en lettres bulgares authentiques:

    Biographies de Cyrille et Méthode

    Puisqu'ils étaient frères et que les circonstances les avaient amenés à entreprendre la même tâche: - l'évangélisation des pays slaves - les biographies de saint Cyrille et de saint Méthode ne peuvent être dissociés.Les Francs s'étant rendus maîtres des territoires Croates et Slavons, après que Charlemagne eut soumis les Avars (vers 790), atteignirent ceux des Bulgares. C'est à l'évêque de Salzbourg que Charlemagne confia la juridiction sur les pays slaves auxquels il imposa le latin.Le prince Rastislav qui régnait sur la Moravie, accrut sa puissance de telle façon que ses voisins Francs et Bulgares, Louis le Germanique et le prince Boris, s'allièrent contre lui et les Bulgares reçurent des missionnaires francs. Menacé par l'empire d'Occident, Rastislav s'allia avec l'empereur byzantin, Michel III, et lui demanda des missionnaires sachant la langue slave car le peuple de Moravie ne connaissait pas le grec : Notre pays est baptisé et nous n'avons pas de maître pour nous prêcher, nous instruire et nous expliquer les livres saints. Nous ne comprenons ni la langue grecque, ni la langue latine : les uns nous instruisent d'une façon et les autres d'une autre ; aussi ne comprenons-nous pas le sens des livres sacrés et leur énergie. Envoyez-nous dons des maîtres qui soient capables de nous expliquer la lettre des livres sacrés et leur esprit. Nous autres Slaves, nous sommes un peuple simple et nous n'avons personne pour nous enseigner la vérité. Désigne-nous donc, généreux monarque, un homme capable de nous parler.Michel III fit appel à deux frères, Cyrille et Méthode, qui avaient fait leurs études à Constantinople, et les envoya en Moravie (861). Cyrille, né à Salonique en 827, polyglotte et grammairien, connaissait bien le dialecte slave.Peu après, les Slaves de Moravie, alliés aux Byzantins, entrent en guerre contre les bulgares, alliés aux Francs. Les bulgares sont vite battus par les Byzantins et doivent renoncer à l'alliance franque, mais Louis le Germanique impose sa suzeraineté à la Moravie.Cyrille et Méthode, en territoire slave, à la demande d'un prince slave, prêchant et écrivant en slavon, sont cependant isolés au milieu de l'Empire franc qui n'admettait que la liturgie latine. Le pape Nicolas I°, homme droit, simple et énergique, soucieux de l'évangélisation profonde des peuples slaves, encourage les Bulgares au point que le prince Boris renvoie les missionnaires grecs et francs pour les remplacer par des missionnaires romains. Cyrille et Méthode sont invités à se rendre à Rome où ils apportent les reliques du saint pape et martyr Clément qu'ils ont découvertes en Crimée.On rapporte que, passant à Venise, Cyrille est pris à partie par des gens qui prétendent que Dieu ne peut être loué qu'en hébreu, en grec ou en latin ; il leur rétorque que depuis longtemps les Arméniens, les Éthiopiens, les Égyptiens, les Persans, les Syriens et bien d'autres encore emploient leur langue nationale tant pour la liturgie que pour la traduction des livres saints.Lorsqu'ils arrivent à Rome, Nicolas I° est mort, mais son successeur, Adrien II, approuve entièrement leur action et les fait, dit-on, sacrer évêques. Le pape approuve l'usage de la liturgie slavonne dans l'Église de Moravie et fait déposer l'évangéliaire slavon sur l'autel de Sainte Marie Majeure.Quelque temps plus tard, Cyrille fait sa profession monastique mais meurt cinquante jours plus tard, le 14 février 869, sans avoir pu rejoindre sa mission. Son tombeau est à Rome, dans l'Église Saint Clément.Méthode part pour la Pannonie où il est évêque, puis archevêque de Sirmium. Or, à peine est-il arrivé dans son diocèse qu'il est arrêté par des troupes bavaroises; accusé d'hérésie et d'imposture il comparaît devant un tribunal présidé par l'archevêque de Salzbourg où il est condamné à la captivité dans un monastère bavarois. Lorsque, deux ans et demi plus tard, le nouveau pape, Jean VIII, apprend l'incarcération de Méthode, il envoie un évêque et exige en termes violents que Méthode soit libéré (873). Provisoirement, jusqu'à être plus amplement informé, suspend l'emploi du slavon dans la liturgie, mais, deux ans plus tard, il écrit (880) : Ce n'est pas contraire à la foi, ni à la doctrine, de chanter la messe en langue slavonne ou de lire le saint Évangile, les leçons divines du Nouveau et de l'Ancien Testament ou encore de chanter les diverses parties de la liturgie en langue slavonne.Méthode se rend près de l'empereur Basile I° pour rendre compte de sa juridiction spirituelle sur la Bulgarie et la Serbie qui dépendent alors de Byzance où il reçoit un accueil triomphal. De retour en Moravie, Méthode désigne son successeur, Gorazd, puis, le 6 avril 885, meurt, probablement à Velehrad.De nos jours, l'alphabet dit cyrillique, en hommage au génie des deux frères, est utilisé par plus de 250 millions de personnes réparties entre le groupe oriental (russe et ukrainien) et le groupe méridional (bulgare et serbe) ; le groupe occidental (tchèque et polonais) emploie les caractères latins avec cependant quelques lettres modifiées par des signes destinés à préciser la prononciation.

    Saint Cyrille tenant l'alphabet et Saint Méthode

    Icone bulgare de 1862, Musée de Plovdiv

    Glagolitsa: l'alphabet original de saint Cyrille et Methode

    C'est Jean Paul II qui a consacré Cyrille et Méthode patrons de l'Europe en soulignant le témoignage d'unité qu'ils ont apporté en servant de liens entre deux cultures. Il leur a consacré une encyclique, "slavorum apostoli".

    L'hymne des Saints frères Cyrille et Méthode 

    Marche, peuple revivifié,
    marche vers un avenir serein,
    que par sa force qui t’est donnée
    l’écriture renouvelle ton destin!

    Marche vers la Connaissance toute puissante!
    Marche, prends part à tous les combats,
    que le devoir immuable te guide
    et Dieu te bénira!

    En avant! La science est un soleil
    qui brille dans les coeurs!
    En avant! Jamais ne tombe un peuple
    tant que le savoir est en vigueur!

    Tu étais ignorant et sans gloire!...
    Maintenant, entre dans l’histoire,
    par ton esprit subjugue les pays
    que ton glaive a conquis!

    Ainsi les deux frères de Salonique
    ont exhorté nos aïeux…
    O passé inoubliable, glorieux,
    o, souvenirs sacrés!

    La Bulgarie n’a point trahi
    un testament si digne, illustre,
    dans le triomphe ou la souffrance,
    que d’exploits accomplis…

    Années de gloire, années de peine
    notre patrie a traversées,
    mais jamais, au grand jamais
    à son devoir elle n’a manqué.

    Jadis les lettres par nous créées
    ont fait le tour du monde;
    puits de science éternel
    auquel tous ont puisé.

    Puis vint le temps de l’esclavage…
    Le vaillant fils du Balkan
    courbait l’échine sous le joug
    du souverain ottoman…

    Mais toujours le génie du peuple
    a cherché en vous le salut,
    hommes sages dont la voix
    durant dix siècles s’est maintenue!

    Un peuple entier vous avez arraché
    aux abysses de la mort,
    vous avez fait renaitre son génie
    des profondeurs de l’obscurité;

    Défenseurs de la vraie foi,
    vous qui semez la justice et la paix,
    apôtres à la gloire inégalée,
    étoiles de la slavité,

    soyez en tous temps bénis,
    o frères Méthode et Cyrille,
    tous les Bulgares sont vos fils,
    créateurs de notre langue chérie!

    Que l’amour de tout un peuple
    veille toujours sur votre nom,
    que demeure dans la mémoire des Slaves
    de votre verbe la puissance in saecula saeculorum!

    Traduit par:

    Marie Vrinat-Nikolov
    Maître de conférences habilitée en langue et littérature bulgares
    INALCO
    Traductrice littéraire

     

    La partition de l'hymne

    Langues slaves

    La parenté linguistique

    La parenté des langues slaves est très étroite. Les linguistes distinguent trois sous-groupes au sein desquels la parenté est encore plus évidente:

    • 1) Le slave méridional : slovène, serbo-croate, bulgare et macédonien.
    • 2) Le slave occidental : slavon (éteint), polonais, tchèque et slovaque, qui sont apparus dans l'histoire vers le XIIIe siècle.
    • 3) Le slave oriental : russe, biélorusse et ukrainien (et le ruthène); les langues du slave oriental constituaient jadis une seule et se sont fragmentées vers le XIIe siècle.


    L'écriture: alphabet latin et cyrillique

    Les différences les plus apparentes entre les langues slaves résulte de leur écriture. Les Slaves qui ont été christianisés par l'Église catholique romaine utilisent l’alphabet latin, tandis que ceux qui le furent par l'Église byzantine dite orthodoxe emploient aujourd’hui l’alphabet cyrillique. Ainsi, l’héritage catholique a favorisé l’alphabet latin avec le CROATE, le POLONAIS, le TCHÈQUE, le SLOVAQUE, le SLOVÈNE et le SORABE. L’héritage du monde orthodoxe a favorisé l’alphabet cyrillique avec le SERBE (Serbie), le RUSSE (Russie), le BIÉLORUSSE (Bélarus), l’UKRAINIEN (Ukraine), le BULGARE (Bulgarie) et le MACÉDONIEN (Macédoine). Cependant, en Russie, on parle d'«alphabet russe», l'appellation de cyrillique servant à désigner seulement la graphie du slavon utilisée en Russie jusqu'au début du XVIII siècle

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Koprivchtitsa

    Une atmosphère typique du XIXè est perceptible dans cette ville à 100 kms à l'Est de Sofia. C'est ici qu'à commencé le mouvement de résistance contre les turcs en avril 1876, dans ces maisons toutes plus typiques les unes que les autres. Les maisons Toromanov, Djogolanov, Buzel, Liben, de l'écrivain Karavelo, ou du révolutionnaire Benkovski sont autant d'exemples de ces bâtiments devenus historiques avec leur architecture authentique et particulière.

      Ce style architectural ne s'est éteint qu'entre 1930 et 1950 quand il a été remplacé par le style de Plovdiv, plus droit et ne respectant pas les mêmes courbes sur les facades. Tout a été merveilleusement préservé et il est encore possible aujourd'hui d'admirer l'architecture de style Renaissance nationale qui fait la particularité de toutes ces maisons colorées et admirablement réalisées. Koprivchtitsa est un des plus beaux endroits de la Bulgarie.

     

    Panagurichte

    A quelques kms de Koprivchtitsa, cette ville n'est pas très splendide mais quelques maisons et monuments splendides valent le détour.

     

    Voir l'album photos

     

    undefined

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Appréciations:

     

    Ce circuit auquel j'ai participé en juin 2003 offre une découverte de la Bulgarie profonde tant sur le plan culturel, qu'artistique, gastronomique économique et touristique. Chauffeur et guide bulgare (francophone) ont été très disponibles et ont sû faire face à tous les imprévus. Des hôtels *** très confortables, climatisés et très bien équipés ont accueilli chaque soir les 16 participants. Un programme de visites chargé et très instructif, un accueil toujours chaleureux, des ambiances bulgares typiques, voilà les points forts de ce circuit que je tiens à vous faire découvrir et à vous recommander.

     
    Coût: 400 Euros en chambre double en pension complète pour 8 nuits + vol Strasbourg-Vienne-Sofia: 290 Euros

     

    undefined
    undefined
      Veliko Tarnovo Tarnichéné 
    undefined undefined
      Rila Arbanassi 
    undefined undefined
    Gabrovo  Chipka 
    undefined undefined
    Bojentsi  Etara 


     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique