• Découverte touristique 7 sept. 2013

    Découverte touristique 7 sept. 2013Avez-vous entendu parler de BELITSA le parc des ours dansants ? Une réserve née de la collaboration des fondations "vier Pfoten" (4 pattes ou tchetiri lapi) et de celle de Brigitte Bardot.)

    Un peu d'histoire:

    Comment le parc de Bélitza est devenu réalité ?

     

    En 1999 la fondation "4 pattes" donne le top de sa campagne contre la torture des ours en Bulgarie. Le projet du parc démarre 1 an plus tard avec les efforts communs de la fondation autrichienne, celle de Brigitte Bardot et la municipalité de Bélitza sans oublier le Ministère de l'agriculture qui alloua 11ha au parc. Même le pope de Bélitza et 2500 autres habitants n'ont pas hésité à donner un coup de main. L'inauguration se transforme en une vraie fête du foklore avec plus de 200 chanteurs et danseurs. Pour une fois, ceux qui n'ont pas dansé étaient les ours :)

     

    En dehors de son but premier qui est d'assurer un habitat pour les ours rescapés, le parc travaille toujours sur l'acquisition des ours "en activité". Des efforts particuliers sont fournis pour réadapter l'ours à son habitat naturel par des équipes de zoologues et vétérinaires.

     

    Même la nourriture des ours est cachée à des lieux improbables de façons que les ours puissent se rôder à leur activité journalière principale (en milieu sauvage) - la recherche de nourriture. Le parc de Bélitza est ouvert aux visites, par petits groupes uniquement. Des classes vertes forment les enfants à l'écologie et la vie des ours bruns. Le parc de Bélitza assure ses financements sutrout grâce à des dons.

    Le parc des ours dansants

    ...Ou plutôt des ex-danseurs parmi les ours. Il exsite une drôle d'attraction en Bulgarie, perpétrée par les tsiganes, qui consiste à faire "danser" un ours brun. Et c'est dans les tentatives d'éradiquer cette pratique que le Parc des ours dansants et né. 

     

    Comment fait-on pour faire "danser" un ours ?

    L'attraction se résume dans le fait de faire danser un ours, en accompagnement de quelques accords simples d'un petit violon populaire appelé gadulka et éventuellement le faire faire quelques petits numéros de cirque. Le gitan se balade menant l'ours à l'aide d'une chaîne accrochée à un anneau passée par le nez de l'ours (une sorte de piercing).

     

    Lorsque le tsigane trouve son public, il se met à jouer sur sa gadulka, tire un peu sur la chaîne et voilà que l'ours se dresse sur ses pattes arrières et commence à "danser".

    Le calvaire des ours

    En fait l'ours "danse" car il a été rôdé à un entraînement bien cruel. Lorsque les tsiganes prennent le petit ourson, il le mettent sur une tôle posée sur de la braise ou chauffée à blanc. Pour les oursons c'est une réalité. Le temps que l'ourson se brule les pattes, le tsigane se met à jouer sur sa gadulka.

     

    Cette méthode appliquée régulièrement tranforme l'ourson en ours dansant. A chaque fois que le tsigane commence à tirer sur les cordes de son instrument, l'ours se dresse sur ses pattes et se met à bouger. Leçon douloureuse bien retenue. L'ours n'a pas d'autre choix que d'obéir. Il faut savoir que le nez et la lèvre inférieure des ours sont extrêmement sensibles. Il est donc un jeu d'enfant de les mener sur le bout d'une chaîne. Aussi, les tsiganes trouent leurs nez à l'aide de fer rouge, sans aucune anesthésie. La douleur pour l'ours est extrême, souvent sont les plaies qui cicatrisent très mal.

    L'indignation et la bonne action

    L'action de la libération des ours esclaves a été initiée par la fondation autrichienne "4 pattes" et soutenue activement par Brigitte Bardot et le Ministère de l'environnement bulgare. En 2000 la fondation obtint la libération de 3 ours, les premiers habitants du parc. En 2001 trois autres les ont rejoint. Selon les observations il en reste encore 11 ours qui servent toujours de danseurs dans divers coin du pays. A l'heure qu'il est l'existence d'ours danseurs est strictement illégal en Bulgarie.

    La nouvelle maison des ours

    Le parc se situe dans le lieu-dit Andrianov tchark, à 11kms au dessus de Bélitza, à 1130m dans les hauteurs de Rila et à 180 km au sud de Sofia à la hauteur de Blagoevgrad. Le parc est situé au sein de forêts naturelles, dispose de maints lacs pour la baignade des ours ainsi que de beaucoup de cavernes pour leur sommeil d'hiver. Le parc est devenu très vite populaire et attire nombre de visiteurs. Les habitants de Bélitza en sont naturellement très fiers et ne manquent pas d'apporter leurs efforts et soutien.

    Mon expédition

    J'ai donc décidé de visiter tout seul ce parc. Arrivé à Belitsa de rares pancartes indiquent la direction du parc et la distance soit 11kms. Mais il n'est pas précisé que pour faire ces 11kms de résidu de route bourrée de nids de poules suivi d'un chemin de terre raviné par les eaux de pluies requiert de préférence un bon 4x4 ! Vaut mieux ne pas avoir à se croiser ! Alors avec ma petite berline faire ces 11kms fut un vrai tour de force, bref le "baptême des routes bulgare" !! Devenue trop cahoteuse j'ai préféré faire le dernier km en chaussures de randonnée ! Arrivé à l'accueil j'ai eu la chance de pouvoir me joindre à un groupe d'une quinzaine de personnes sous la houlette d'une jeune guide pour une visite commentée de près d'une heure. J'ai été impressionné par l'infrastructure déployée aux normes européennes ! (grillage ultra-résistant de plus de 2m de hauteur entourant et délimitant les 7 secteurs - électrification le long de ce grillage - à 1m second barrage électrifié d'environ 1m de hauteur - pylônes d'éclairage) bref sécurité maximale pour les visiteurs mais aussi pour les ours.


    A l'heure actuelle 23 ours, dont la plupart sont des rescapés) occupent les lieux. Entre autres ceux que j'ai pu voir: Elena, Maria, Marinka, Rada, Stefan, Svetla, Tsveta et Vela. J'ai été très peiné de voir ces animaux avec leur truffe abimée, ayant souvent des problèmes de respiration, de pattes abimées. Ce qui est rassurant est de savoir que leur calvaire de jeunesse est fini et que là ils vivent en pleine liberté protégée, sur des hectares, sont nourris, soignés (ambulance, vétérinaire et salle de soin leur sont dédiés !). Ils ont retrouvé leurs instincts naturels et peuvent même hiberner en paix (ce qui leur était impossible avec les tsiganes !)
    Non loin du parc une petite ferme permet de manger des produits locaux.
    Espérons que ce chemin qui mène au parc ne soit jamais goudronné pour préserver la quiétude de ces animaux ! car pour aller les observer, ça doit se mériter ! 

    Une visite très intéressante pour les enfants ! les ours peuvent (parfois) être observés à moins de 2m.

    Le village de Belitsa

     Belitsa

    Le parc et ses infrastructures

    le parc et ses infrastructures

     Les ours

    Marinka - Stefka - Elena - Vela - Maria - Svetla - Stefan - Tsveta - Rada...et 14 autres

    les ours

     

     Mes déplacements dans le parc

    Découvertes touristiques 7 sept. 2013

    La descente du parc de Belitsa vers Sofia 



    « Découvertes touristiques 3 sept. 2013Randonnée du 8 sept. 2013 »
    Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Daniobg
    Lundi 9 Septembre 2013 à 10:57

    Si la route était goudronnée...ce qui est en projet depuis des années !...plus de personnes pourraient venir sans pour autant troubler la quiétude des annimaux car les postes d'observations sont bien conçus...Par ailleurs, le parc manque de ressourced financières alors que la simple nourriture coûte cher. L'entrée est gratuite et le parc ne vend aucun produit annexe (carte postale ou autre). Les dons des visiteurs sont donc les bienvenus...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :